Allez directement au contenu

Parler de ce qui compte

13 mai 2016 par Yves Desjardins-Siciliano

Un leader représente sa marque et doit promouvoir le message qui y est associé. Pour être efficace, il doit pouvoir communiquer de façon claire la vision de son entreprise tant à ses employés qu’au public. Voici quatre éléments à garder en tête lorsque vous vous adressez à un auditoire, quel qu’il soit :

1. Transmettre un message clair

Un message et une vision clairs constituent le fondement d’une communication efficace. Comme vous l’avez peut-être lu dans le Globe and Mail ou le Financial Post, VIA Rail a élaboré un plan pour métamorphoser le paysage du transport ferroviaire des passagers grâce à son projet de voies dédiées. Toutefois, avant d’entreprendre la promotion de ce plan, nous avons pris le temps d’en peaufiner les détails et de nous assurer qu’il est viable et profitable pour la population et l’économie canadiennes. Nous nous sommes ensuite employés à le faire connaître. Aujourd’hui, notre projet de voies dédiées a acquis une grande visibilité dans l’espace public, et les gens commencent à saisir le message et à prendre le relais.

2. Dresser un tableau d’ensemble

Pour souligner la publication de notre premier Rapport sur la mobilité durable, j’ai rédigé une lettre d’opinion qui a été publiée à l’occasion du Jour de la Terre. Au moment d’écrire l’article, au lieu de fournir d’abondantes statistiques à propos des réalisations de VIA Rail, je me suis attardé au « pourquoi » et au « comment » de la mobilité durable, soit les facteurs sous-jacents qui animent nos efforts. J’y ai expliqué en quoi la façon dont les Canadiens choisissent leur mode de transport est si importante, et comment VIA Rail mettra de l’avant une façon de faire respectueuse de l’environnement en faisant du train une option irrésistible.

3. Intégrer une composante locale

Pour produire une impression durable, votre message doit inclure des considérations régionales. Au cours des dernières semaines, j’ai beaucoup voyagé pour prendre la parole devant divers auditoires à Calgary, à Vancouver, à Kingston, à Toronto, à Montréal et à Québec. Par exemple, lors de ma visite à la Kingston Economic Development Corporation (société de développement économique de Kingston), j’ai abordé les préoccupations des gens de Kingston. J’ai discuté de nos plans pour améliorer notre service actuel et des retombées de notre projet de voies dédiées sur leur ville. En intégrant une composante régionale à votre message, vous le rendez plus pertinent, vous montrez que vous êtes à l’écoute des besoins des gens et vous contribuez à établir un lien solide avec l’auditoire.

4. Adapter le message à l’auditoire

Lors de mon passage à l’École de gestion John Molson de l’Université Concordia et à l’Université Laval plus tôt au cours du mois, j’ai eu des conversations fructueuses avec des étudiants parce que mon message était axé sur ce qui est important à leurs yeux. Nous avons parlé de sujets comme l’établissement d’une culture de l’innovation, et nous avons fait le lien avec VIA Rail en discutant de la façon dont le train peut attirer la génération Y, ainsi que le rôle que jouera le transport ferroviaire dans la mobilité durable de l’avenir. Les renseignements d’ordre financier sont plutôt présentés à des auditoires comme les chambres de commerce.

Si vous désirez mettre en pratique vos capacités de communication, envoyez-moi un gazouillis sur Twitter à @VIARailPrez.

Mobilité durable pour un avenir durable

22 avril 2016 par Yves Desjardins-Siciliano

À l’heure actuelle, la mobilité au Canada est synonyme de pollution et le secteur du transport en est le principal responsable. En 2014, ce secteur a produit 24 % des émissions de GES au pays, dont plus de la moitié était attribuable à l’utilisation des véhicules personnels. La commodité est primordiale, et les statistiques indiquent que les gens sont d’avis que leur automobile représente le mode de transport le plus pratique. Pour lutter contre les effets négatifs du recours aux véhicules personnels, des mesures dissuasives comme des péages autoroutiers et une taxe supplémentaire sur les automobiles les plus polluantes ont été mises en œuvre dans l’espoir qu’en faisant payer les gens qui font de « mauvais » choix, ils en choisiraient des meilleurs. Jusqu’à maintenant, cela n’a pas fonctionné. Mais pourquoi n’aborderions-nous pas cet enjeu d’un autre angle, en créant des solutions de rechange aussi pratiques et simples, tout en rendant le « bon choix » irresistible?

Les gouvernements peuvent notamment atteindre cet objectif en finançant des systèmes de transport efficaces, fiables, rapides et fluides. Pendant plus de dix ans, VIA Rail s’est efforcée d’accroître l’efficacité de ses locomotives, de rationaliser ses activités et de réduire sa consommation de carburant. Nous avons déjà diminué nos émissions de gaz à effet de serre et notre consommation de carburant de 25 % et 27 % respectivement au cours des six dernières années, conformément à nos engagements dans le cadre de la COP 21 et du pacte de l’UIC. Cette semaine, nous avons publié notre premier Rapport sur la mobilité durable, qui fait le point sur nos réalisations jusqu’à maintenant sur le plan de la durabilité et les objectifs que nous avons établis pour la suite des choses. Malgré tout ce que nous avons accompli pour réduire nos émissions, nous avons plafonné en raison des contraintes que nous impose la structure d’exploitation actuelle. Depuis la création de VIA Rail, en 1977, nos trains partagent l’infrastructure ferroviaire avec les trains de marchandises, de sorte que nous n’avons pas le plein contrôle de nos horaires ou de notre fiabilité. Nous avons donc commencé à examiner des solutions s’inscrivant hors du système actuel et à nous demander ce que nous pourrions accomplir si ces contraintes n’existaient plus.

Le plan que nous avons élaboré – qui a récemment été mentionné dans le budget 2016 du gouvernement fédéral – consiste à construire un corridor exclusivement réservé au transport des passagers (de préférence équipé de voies ferrées électrifiées) en commençant par le corridor très achalandé qui relie Toronto, Ottawa et Montréal. Ce projet entraînerait une diminution de 98 % des émissions de GES de VIA Rail par rapport à nos émissions actuelles (qui ont déjà été réduites). Il accroîtrait l’aspect pratique des voyages en train, permettrait d’éliminer 5,5 millions de déplacements en automobile par année au Canada selon des estimations conservatrices et triplerait notre achalandage. Le projet créerait en plus des milliers d’emplois, stimulerait l’économie, augmenterait la valeur des propriétés et pourrait permettre d’éliminer les subventions d’exploitation octroyées à VIA Rail par le gouvernement d’ici 2024. Enfin, le corridor pourrait être en fonction dans les quatre années suivant le début du financement du projet.

Brook Simpson, attaché de presse au Cabinet du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, a confirmé en avril que « [le gouvernement souhaite]… appuyer la croissance économique saine et inclusive. Et notre gouvernement croit que la croissance économique, l’inclusion sociale et l’adoption d’un programme solide de lutte contre les changements climatiques ne sont pas des objectifs conflictuels, mais bien complémentaires. » Nous abondons dans le même sens.

 

N.B. Cet article est une version abrégée de ma lettre d’opinion qui a été publiée aujourd’hui dans La Presse. Pour lire le texte intégral, cliquez ici.

Nouvelles vision, mission et valeurs : Nouveaux défis pour VIA Rail

4 avril 2016 par Yves Desjardins-Siciliano

Comme le titre de ce blogue l’indique, VIA Rail évolue. Même le Rapport de l’Examen de la Loi sur les transports au Canada, publié le mois dernier,  soulignait qu’« il faut absolument moderniser VIA Rail ».  Nous sommes tout à fait d’accord et avons d’ailleurs commencé à prendre des mesures pour aller de l’avant. Pour nous aider dans cette transformation, nous avons formulé cette année de nouveaux énoncés de vision et de mission qui sont devenus les pierres angulaires de notre stratégie.

Notre nouvelle vision : Être une voie sensée pour les voyageurs

Cette nouvelle vision témoigne de l’engagement de VIA Rail envers la mobilité et le transport durables. Nous voulons que les Canadiens fassent un choix sensé pour leurs déplacements en optant pour le train plutôt que leur voiture afin de réduire l’impact environnemental du secteur des transports au pays. Les Canadiens qui prendront le train allégeront la congestion routière et accroîtront leur productivité durant leurs déplacements. Nous voulons que nos clients soient transportés non seulement physiquement pour arriver à destination, mais aussi émotivement en vivant une expérience intime du train que nous nous employons à offrir au quotidien.

Notre nouvelle mission : Les passagers avant tout. Nous nous dépassons constamment pour leur offrir une expérience de voyage plus sensée et plus sécuritaire à travers le Canada.

Cette nouvelle mission se veut un appel à l’action qui reflète les changements qui s’opèrent chez VIA Rail depuis un an et demi, alors que nous adoptons une approche davantage axée sur le principe de primauté du client. Le service à la clientèle exceptionnel offert par les équipes à bord des trains, le personnel des gares et les employés des centres d’appel est un élément clé du succès remporté au cours des dernières années et sera la pierre d’assise de notre succès futur. Nos clients sont au cœur de nos décisions, et ce, à tous les échelons et dans tous les secteurs. Nous nous employons constamment à assurer leurs satisfaction, confort et sécurité.

VIA Rail refuse le statu quo. Les six nouvelles valeurs qui nous guident traduisent bien notre approche tournée vers l’avenir : Innovation, Savoir-faire, Confiance, Souplesse, Responsabilité et Intégrité.  Cette approche flexible nous donne une plus grande marge de manœuvre et nous permet de réagir rapidement aux occasions qui se présentent afin de pouvoir offrir une voie encore plus sensée pour les voyageurs. Grâce à ses idées, à son dévouement et à sa détermination, chaque employé participe activement à l’évolution de VIA Rail. Nos nouvelles vision, mission et valeurs sont la manifestation de nos aspirations et de notre volonté à voir se concrétiser les projets que nous mettons de l’avant.

VIA Rail parmi les meilleurs employeurs au Canada

10 mars 2016 par Yves Desjardins-Siciliano

Forbes a dévoilé la semaine dernière sa toute première liste des meilleurs employeurs au Canada. Ce palmarès, qui répertorie 250 entreprises dans 25 secteurs distincts, comprend notamment des organismes gouvernementaux, des multinationales, des universités et des institutions financières. VIA Rail y fait bonne figure en prenant le 47e rang. Nous sommes ravis d’être reconnus comme un des meilleurs employeurs au Canada, en particulier compte tenu du contexte d’affaires actuel et des défis que VIA Rail devra relever dans un avenir rapproché. Les deux prochaines années seront cruciales, alors que nous poursuivons la modernisation des voies ferrées pour le transport des passagers, tant dans le Corridor Québec-Windsor que dans le reste du Canada.

Notre rang dans le palmarès de Forbes témoigne clairement de la fierté que ressentent tous les employés de VIA Rail envers l’entreprise et des efforts que nous déployons pour transporter les gens et prendre soin de nos clients. Il est aussi le signe de l’atteinte de notre objectif d’être un employeur de choix en mettant l’accent sur les quatre domaines clés suivants :

Engagement des employés – Nous avons mené un sondage auprès de nos employés en juin 2015 et leur en avons communiqué les résultats l’automne dernier. En nous appuyant sur l’ensemble des commentaires reçus, nous avons dressé 32 plans d’action. Nous nous engageons à les mettre en œuvre, à faire part régulièrement de nos progrès et à organiser un autre sondage l’automne prochain. Ensemble, nous ferons croître l’engagement global de notre équipe.

Santé et bien-être – Les employés de VIA Rail se perçoivent souvent comme une grande famille. En fait, bon nombre proviennent de familles qui travaillent dans l’industrie ferroviaire de génération en génération. Il est donc normal que nous soyons résolus à favoriser un environnement sain, sécuritaire et empreint de respect au travail, tout comme nous le faisons à la maison. Plusieurs initiatives seront lancées cette année dans le but d’atteindre ces objectifs. Nous adopterons notamment la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail.

Diversité et inclusion – Nous visons à favoriser la diversité et l’inclusion dans le cadre de notre processus d’embauche. Notre Conseil d’administration est composé de cinq femmes et de cinq hommes. Nous sommes également un fier partenaire du Programme d’aide à la transition de la carrière militaire de la Compagnie Canada, une initiative mise sur pied pour aider les membres, réservistes et anciens combattants des Forces armées canadiennes à faire la transition de la vie militaire à la vie civile.

Recrutement et formation du personnel – Nous sommes toujours en quête de nouvelles occasions d’encourager le perfectionnement de notre personnel. Nous avons récemment sollicité les candidatures pour notre programme de formation des mécaniciens de locomotive, qui offrira à 20 candidats internes ayant les qualifications requises la possibilité de devenir mécaniciens de locomotive. En outre, nous avons inauguré il y a quelque temps l’École de leadership de VIA Rail pour aider nos cadres à progresser et à se perfectionner. Enfin, nous officialiserons nos programmes d’apprentissage.

Notre rang dans le palmarès des meilleurs employeurs au Canada confirme que tous nos employés, qu’ils travaillent dans les centres de maintenance, les gares, les trains ou les bureaux, personnifient la nouvelle vision de VIA Rail d’« être une voie sensée pour les voyageurs ».

Merci de votre contribution aux succès présents et futurs de notre entreprise!

De découverte en découverte: le Club des petits déjeuners de Toronto prend le train

18 février 2016 par Yves Desjardins-Siciliano
Warden ave ps

Des étudiants de Warden Avenue Public School qui visitent le Parlement

Dans le cadre du Mois de l’histoire des Noirs, VIA Rail s’associe depuis neuf ans avec le Club des petits déjeuners de Toronto pour organiser une excursion d’une journée sur la Colline parlementaire en compagnie d’enfants des quartiers défavorisés. Tous les participants adorent prendre part à cette expédition hors du commun, ne serait-ce que pour voir le visage des enfants qui montent pour la toute première fois à bord d’un train. Cette année, l’école publique Warden Avenue embarquait pour la première fois dans cette aventure, et 70 élèves ont pris le train pour visiter le Parlement dans la capitale canadienne et en apprendre davantage sur leur pays. Anja Belter, la directrice de l’école, partage l’expérience vécue par ses élèves ci-dessous.

Pourquoi était-il important que vos élèves participent à cet événement?

Cette journée était importante à bien des égards, entre autres pour des raisons pratiques. La plupart des élèves n’avaient jamais quitté la ville de Toronto, ni même leur quartier. Un grand nombre d’entre eux sont de nouveaux arrivants qui ne connaissent pas le Parlement canadien et notre processus démocratique. Cette activité s’est révélée très enrichissante pour eux. Chaque adulte avec lequel ils ont discuté (y compris le premier ministre Trudeau) leur a dit que les jeunes peuvent vraiment faire bouger les choses et que rien ne devait les décourager d’aller de l’avant.

Quel rôle a joué le train dans l’expérience qu’ils ont vécue?

La majorité de nos élèves n’avaient jamais pris le train; certains l’avaient fait dans leur pays d’origine, mais jamais au Canada. Ils ont adoré regarder le paysage défiler par la fenêtre. Je dois souligner à quel point les agents et agentes de bord ont été formidables. Ils ont traité les enfants comme des adultes, avec courtoisie et respect. En retour, les élèves se sont comportés comme des adultes.

Avez-vous des anecdotes à raconter sur cette excursion?

Les enfants sont allés de découverte en découverte tout au long du voyage. J’étais bombardée de questions : « Mme Belter, saviez-vous qu’il y a des prises dans les sièges? », « Mme Belter, saviez-vous que les sièges s’inclinent? » ou « Mme Belter, saviez-vous qu’ils vont passer dans l’allée avec de la nourriture? ». Les choses que nous, les adultes, tenons pour acquises étaient entièrement nouvelles pour eux.

Avez-vous autre chose à ajouter?

Chaque fois que je croyais que l’excitation des enfants était à son comble, elle atteignait un nouveau sommet. Ce voyage a représenté une journée de travail de 17 heures pour les accompagnateurs et accompagnatrices, mais personne ne s’est plaint. Chacun a plutôt insisté sur le caractère extraordinaire de cette occasion en or, dont les enfants ont profité pleinement. Nos élèves savent que cette escapade a été rendue possible grâce à la contribution d’entreprises qui tenaient à ce qu’ils participent à cette importante activité, et non par des dons de charité. Ils n’oublieront jamais cette journée. Nous sommes vraiment enchantés qu’ils aient pu vivre cette experience.

Pour voir plus de photos de cette journée exceptionnelle, visitez le compte Twitter de l’école publique Warden Avenue @WardenAvePS ou celui du Club des petits déjeuners de Toronto @BreakfastClubz.